ACCUEIL > FAITS DIVERS > Trafic d’ivoire : de nouvelles arrestations 


Trafic d’ivoire : de nouvelles arrestations 

  11 mars 2018 à 20h59min 0 Commentaire(s)


La capitale gabonaise reste un des carrefours stratégiques du trafic d’ivoire comme en témoigne l’interpellation de trois personnes de 8 mars 2018. Elles détenaient deux pointes d’ivoire et une queue d’éléphant. Elles les auraient fait venir de Makokou, à 600 km à l’est du pays.

C’est une équipe mixte composée des agents de la Police Judiciaire et des Eaux et Forêts appuyés par Conservation Justice qui a mis la main sur les trois trafiquants alors que ceux-ci étaient sur le point d’écouler leur marchandise.

L’enquête menée depuis quelques semaines faisait en effet état d’une transaction concernant des ivoires, produit dont le commerce est totalement proscrit par la loi. Il fallait désormais avoir les précisions de cette transaction. Elles sont parvenues au fil des jours, jusqu’à ce que ce jeudi le lieu et l’heure de l’échange soient confirmés. Selon des sources proches du dossier, les agents de la PJ sont arrivés sur les lieux indiqués au moment même où les trois trafiquants étalaient leur butin au sol en attendant l’arrivée du client qui devait le voir, le juger et puis l’acheter à un prix fixé depuis la prise de contact entre les différents acteurs de la transaction qui devait avoir lieu.

OYABI YANGA Restant Junior, LENGOUMA Kere Steeven et MOUELE Ulrich Fred de nationalité gabonaise ont donc été pris en flagrant délit de détention et commercialisation de deux pointes d’ivoire sectionnées en quatre morceaux et une queue d’éléphant.

Rapidement interrogés, ils ont affirmé avoir reçu les trophées d’une personne présente à Makokou. Mais ils seraient aussi actifs à Franceville, Okondja et Mekambo. Tout compte fait, le présumé complice qui aurait fait parvenir les pointes depuis Makokou n’existerait pas. Lengouma Steeven a donc avoué avoir tué l’éléphant avant de lui soutirer les deux pointes, assurant lui-même le transport.