ACCUEIL > ECONOMIE > Un partenariat entre la CNNII et le groupe saoudien Jampur en gestation


Un partenariat entre la CNNII et le groupe saoudien Jampur en gestation

  19 mars 2019 à 21h28min 0 Commentaire(s)


Dans le cadre de la restructuration de la Compagnie nationale de Navigation Intérieur et internationale (CNNII), le ministre des Transports, Justin Ndoundangoye, à la recherche des partenaires, a reçu ce mardi 19 mars à son cabinet les responsables du groupe saoudien Jampur, conduits par son président, Mohammad Shafiq. 

La rencontre entre le ministre des Transports et les responsables du groupe saoudien Jampur visait à présenter les opportunités en matière du cadre juridique et potentiel minier du Gabon qui, selon Justin Ndoundangoye, n’est pas exporté pour défaut de voies d’évacuations. 
Ces opportunités passent par les avantages à caractère économique, fiscal et douanier dont la loi octroyant 40% du droit de trafic à l’exportation à la Compagnie et 2% du chiffre d’affaires semestriel reversé à la CNNII pour tout opérateur exerçant dans le secteur maritime. 
En effet, la CNNII présente actuellement un déficit en bateaux et en infrastructures portuaires équipés et adaptés, leur permettant de transporter, non seulement des personnes, mais aussi les marchandises, les hydrocarbures et les minerais de l’intérieur du pays vers la capitale, voir l’international. 

La présentation de l’Administrateur directeur générale de la CNNII, Claude Abdon Tchibinda, et la visite effectuée au port de la CNNII sis aux Acaés, ont permis de noter ces manquements et la nécessité de la construction des gares maritimes, lesquelles faciliteraient l’embarquement et la mobilité des passagers, dans le confort et la sécurité.
Selon le membre du gouvernement, l’objectif visé est d’attirer les investisseurs qui viendront mettre en branle les gisements de fers qui ne sont pas exploités. 

« Pour nous, ministère des Transports et de la Logistique, nous sommes un ministère qui facilite l’économie. Donc si nous mettons en place l’ensemble des voies et moyens pour évacuer les productions, d’autres investisseurs viendront pour sortir les minerais. Ce qu’il faut comprendre, c’est que le potentiel du Gabon est immense et jusqu’à présent, je pense, on ne l’a pas exprimé totalement », a-t-il expliqué aux potentiels partenaires saoudiens, en précisant que ce partenariat qui se veut être gagnant-gagnant devra tenir compte de l’entretien des chantiers navals, des formations et la construction des sites.
Au sortir de cette rencontre, une équipe a été mise en place afin de plancher sur la formalisation d’un accord dans les prochains mois entre la CNNII, société anonyme et le groupe saoudien Jampur.