ACCUEIL > POLITIQUE > Une stèle en hommage à Omar Bongo Ondimba érigée au Sénat 


Une stèle en hommage à Omar Bongo Ondimba érigée au Sénat 

  4 juin 2018 à 22h33min 0 Commentaire(s)


La présidente de Sénat, Dr. Lucie Milébou Aubusson épouse Mboussou, a présidé, ce lundi à Libreville, la cérémonie de dévoilement d’un buste du défunt président gabonais, Omar Bongo Ondimba, don de la Fondation qui porte son nom, en reconnaissance à l’arrivée au Gabon du bicamérisme dont il fut l’initiateur, et son œuvre politique à l’échelle nationale et internationale.

Le président du Sénat gabonais a rappelé, dans son intervention, les différentes étapes qui ont marqué la vie politique de l’illustre disparu.
« Au cours de sa carrière politique, le président Omar Bongo Ondimba a connu tous les triomphes et tous les revers que la vie peut réserver à un homme politique. Il aura vécu le triple enchantement de la jeunesse, du pouvoir, et de la douleur des contradictions multiples qu’il a courageusement affrontées jusqu’à sa mort. Pour parler de certaines grandes figures de l’histoire, il faudrait « tremper sa plume dans l’arc-en-ciel pour parler d’Omar Bongo Ondimba, il suffit de contempler son œuvre », a-t-elle déclaré.

Parlant du bicamérisme au Gabon, Dr. Lucie Milébou Aubusson épouse Mboussou a indiqué qu’ « au moment où son existence continue de susciter des débats passionnés, l’inauguration de cette stèle est là pour rappeler à tous, jeunes et contemporains, ce qu’a apporté le président Omar Bongo Ondimba à notre pays ». Pour elle, « sa vision sur la nécessaire participation inclusive des collectivités locales, à la construction de notre pays, a abouti à la création d’une seconde chambre, élément d’épanouissement complémentaire, à une meilleure démocratie parlementaire ».

Aussi, est-elle revenue sur le parcours politique international de l’homme en rappelant notamment le rôle joué en Afrique.
« En Afrique, il a été parmi les précurseurs de la mise en place d’une seconde chambre, et aujourd’hui, nous nous réjouissons de voir d’autres Nations africaines nous emboiter le pas et prendre notre pays en exemple. Nous tenons à exprimer, en votre nom, notre infinie gratitude et tout notre respect à cet homme d’Etat, patriote engagé qui aura marqué son empreinte indélébile, et de sa foi, le paysage politique national et international.
Pour sa part, le président de la Fondation Omar Bongo Ondimba, Michel Essongué a rappelé l’importance que revêt cette cérémonie.

« Les instants que nous venons de vivre sont des instants de souvenir et de mémoire pour le président Omar Bongo Ondimba qui a dirigé notre pays avec beaucoup d’engagement en faveur des gabonais, de la paix, de la cohésion nationale et du développement. Cette cérémonie est un hommage que nous lui avons rendu, en phase avec la Fondation et le Sénat à l’occasion de la neuvième année de sa disparition. C’est un moment fort, d’émotion, de souvenir et de mémoire », a-t-il affirmé.

« L’œuvre d’Omar Bongo Ondimba est immense. Elle a marqué la mémoire des gabonais dont moi pour avoir été un de ses proches collaborateurs pendant de longues années. Notre génération et d’autres savent qu’il a posé les fondations de notre pays. Quand un chef d’Etat a fait cela avec engagement et détermination pendant de longues années, cela ne peut disparaitre de la mémoire des gabonais », a-t-il ajouté.

Né le 30 décembre 1935 à Léwaï , actuel Bongoville, dans la province de Haut-Ogooué (Sud-Est du Gabon), Omar Bongo meurt le 8 juin 2009. Le 28 novembre 1967, il accède à la présidence de la République après le décès du président Léon Mba, alors qu’il occupait le poste de vice-président de la République.

La cérémonie a vu la présence du vice-président de la République, Pierre Claver Maganga Moussavou, du Premier ministre, Emmanuel Issoze Ngondet, des présidents des Institutions constitutionnelles et leurs représentants et du ministre en charge des Relations avec le parlement, Noël Nelson Messone, ainsi que de plusieurs sénateurs.